Pages

Categories

Search


Le parc Niangoloko réhabilité

Le parc Niangoloko réhabilité

Par
27 juillet 2016
Actualité
Pas de Commentaires

La réhabilitation du parc à bétail transfrontalier de Niangoloko au Burkina Faso contribue au développement de la filière bétail-viande en Afrique de l’Ouest.

Réhabilité par l’UEMOA dans le but d’appuyer les efforts d’intégration économique de l’Autorité du Liptako Gourma (ALG), le parc à bétail transfrontalier de Niangoloko situé au sud-ouest du Burkina Faso a trouvé un nouveau souffle. Terre de repos pour le bétail et de brassage par le nombre d’acteurs venant des pays de la sous-région – de la Côte d’Ivoire au Mali en passant par le Niger – le marché de Niangoloko est d’une grande importance pour le développement de la filière bétail-viande en Afrique de l’Ouest.

Le parc est placé sous la tutelle de l’Autorité de développement intégré de la région du Liptako-Gourma (ALG). Cette dernière, créée le 3 décembre 1970 à Ouagadougou afin de promouvoir et mettre en valeur des ressources minières, énergétiques, hydrauliques et agropastorales dans un cadre régional pour un développement harmonieux et intégré, regroupe le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Les bœufs et les petits ruminants qui quittent Pouytenga, Fada N’Gourma ou Ouahigouya et arrivent souvent épuisés à Niangoloko, trouvent dans le parc une escale sure, propice au repos et aux soins, avant de pouvoir repartir vers d’autres marchés.

Les travaux de réhabilitation du marché à bétail transfrontalier de Niangoloko, qui se sont élevés à 105 millions de FCFA (159 600 €), ont permis notamment la délimitation des 48 hectares réservés au marché, la réhabilitation du système d’alimentation en eau, la construction d’un quai d’embarquement au niveau de la gare ferroviaire et la réalisation de 20 box d’isolement. Cette initiative est perçue comme la finalisation tardive d’un vaste projet lancé par le CILSS et l’ILRI en 1999 censé s’achever en 2004 au niveau du Sahel et dont l’objectif était la réhabilitation et l’extension des marchés aménagés de Bittou et Niangoloko au Burkina Faso et de Sikasso au Mali. Il complète ainsi un autre projet lancé entre 1992 et 1998 (“Couloir central”) et destiné à promouvoir les échanges dans la filière bétail-viande au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Niger.

Pour les autorités de l’ALG et de la Confédération des fédérations nationales de la filière bétail et viande de l’Afrique de l’Ouest (COFENABVI), c’est un marché gagnant-gagnant entre tous ces pays qui profitent de l’existence de ce parc.

Source: archive.spore.cta.int

Admin

Autres articles de